Ils témoignent de leur engagement

À l'occasion de la 15e édition de leur bilan annuel, les DPJ du Québec ont choisi de rendre hommage aux intervenants de la protection de la jeunesse en mettant en valeur leur précieuse contribution. C'est dans cet esprit que sept membres de l'équipe de Lanaudière ont accepté de partager une partie de leur réalité quotidienne témoignant de leur engagement envers la cause des enfants.

bande graphique
bande graphique

Agente de relations humaines - Application des mesures équipe petite enfance
Déjà toute jeune, on se tournait vers elle pour sa grande capacité d’écoute.


 

L’enfant est au cœur de mes préoccupations.

La création du lien de confiance avec la personne est un défi chaque fois, mais au final, c’est la relation d’aide qui m’anime.

Je ne juge pas les parents, peu importe leurs difficultés. Alors, je cherche le positif et les progrès réalisés, je les encourage à se mobiliser.

J’ai une responsabilité qui est lourde de conséquences et j’en suis consciente.

La relation d’aide auprès des familles en difficulté est une mission qui me tient à cœur. Chaque situation représente un nouveau défi, ce qui est hautement motivant et stimulant.

Agente de relations humaines - Application des mesures équipe adolescence

Elle pratique depuis deux ans et possède déjà une belle assurance et une drive qui lui servent chaque jour.


 

Ma journée finit rarement comme je l’avais prévu!

C’est souvent un véritable tourbillon…

Je travaille avec des adolescents et leurs parents ayant des problématiques variées telles que divers troubles de comportement, consommation, négligence, rejet affectif, abus physique, etc.

Je ne suis pas là pour changer toute leur vie, mais les aider à modifier des facteurs compromettant le bien-être et la sécurité du jeune.

J’aime croire que chacune des familles a les capacités de mettre en place les changements nécessaires à l’atteinte des objectifs visés. Mon but est de les accompagner dans l’acquisition d’outils personnalisés visant la réalisation de leur potentiel.

Une bonne réussite pour moi? Lorsqu’un adolescent et sa famille parviennent à reconnaître leurs difficultés, qu’ils s’engagent dans un processus de changement en adoptant de meilleurs choix.  

Éducatrice en réadaptation en internat

Danielle a toujours aimé travailler auprès des jeunes. Leur résilience l’impressionne.


 

Ma conception du travail d’éducateur rappelle
l’allégorie du bambou chinois…

On raconte qu’il existe en Chine, une variété de bambou tout à fait particulière. Si l’on sème une graine, il faut s’armer de patience…

La première année, il ne se passe rien : aucune tige ne daigne sortir du sol, pas la moindre pousse.

La deuxième année, non plus. La troisième? Pas davantage. La quatrième? Toujours rien…

Ce n’est que la cinquième année que le bambou pointe le bout de sa tige. Il poussera alors de douze mètres en une seule année.

Quel « rattrapage » spectaculaire!

Qu’en est-il des jardiniers qui se sont succédé, alors que rien ne laissait présager un tel succès? Ils ont tous contribué à cette réussite.

J’essaie d’être comme ces jardiniers qui font une différence chaque jour, avec passion et conviction, avec patience et confiance en l’avenir.

(Tiré de l’allégorie du bambou chinois)

Agente de relations humaines - Évaluation/Orientation

La gestion des risques et des émotions fait partie du quotidien d’Élodie.


 

C’est toujours bouleversant pour des parents d’entendre :
« Bonjour, on a reçu un signalement… »
 

Cet entretien suscite une gamme d’émotions puisque que leur enfant est ce qu’ils ont de plus précieux.

L’intervention du DPJ implique une intrusion dans leur vie privée. Toutefois, en usant de délicatesse, on arrive à créer des liens et favoriser un changement.

Il faut s’intéresser à la personne et ne pas juger. Derrière les difficultés se cache une souffrance.

J’aime la relation d’aide et le fait de pouvoir changer les choses. Le contact avec les enfants et leur famille est au cœur de ma pratique, mais bien plus que ça, au cœur de mes valeurs. 

Agent de relations humaines – Évaluation/Orientation

Jean-Sébastien a eu un coup de cœur pour le mandat DPJ lors de son stage aux centres jeunesse.


 

Ce que j’aime dans mon emploi, c’est le caractère imprévisible du travail
qui nous demande une adaptation et une prise de décision rapide.

À l’évaluation, on intervient dans toutes sortes de problématiques et on fait souvent face à des situations imprévisibles. Notre travail vise à intervenir auprès des familles lors d’une période difficile.

Le travail à la protection de la jeunesse demande d’ajuster nos valeurs. Connaître l’historique de vie d’une famille aide à comprendre la situation familiale. C’est très valorisant lorsqu’il nous est permis de constater que l’on a fait une différence auprès d’une famille.

Le dénigrement parental et autres mauvais traitements psychologiques sont parmi les situations de compromission auxquelles je suis sensible. Il arrive souvent que le parent en minimise l’impact.

Des gens ont parfois une mauvaise compréhension du travail de la protection de la jeunesse. Pourtant, notre travail vise davantage le maintien à domicile et l’accompagnement pour favoriser cette orientation.

Technicienne en assistance sociale - Application des mesures équipe adolescence

Aider les gens fait partie de la nature de Myriam. Son inspiration lui vient de ses proches.


 

Je rencontre les jeunes là où ils sont : en centre de réadaptation, en foyer de groupe, dans les familles… même dans les campings l’été!

J’aime l’attitude des adolescents. Ils disent sans détour ce qu’ils pensent. Parfois, ça sort un peu croche, mais cette transparence est utile pour décoder ce qui se passe.

Mon rôle consiste à m’assurer que les correctifs soient apportés pour que la sécurité et le développement de l’enfant ne soient plus compromis, qu’il s’agisse d’un parent qui consomme ou d’un jeune ayant un trouble de comportement.

Ce travail peut nous apporter son lot de préoccupations et un sentiment d’impuissance. On voudrait tellement que toutes les ressources soient disponibles pour eux! Il amène aussi un dépassement de soi et permet de développer de belles collaborations.

Les résultats positifs donnent un sens à mon travail.

Nos jeunes sont importants et j’y crois!

Psychologue à la DPJ

Il a modifié un projet de carrière en informatique pour la psychologie de l’enfance et s’en félicite!


 

Souvent, les comportements problématiques expriment autre chose…
C’est le dernier recours de l’enfant pour se faire entendre.

Le défi est de créer l’alliance avec l’enfant qui a de la difficulté à faire confiance à l’adulte.

Je travaille notamment avec des enfants qui vivent de la négligence, qui ont un trouble de l’attachement ou une carence affective. 

Je crée un espace dans lequel l’enfant ou l’adolescent vient prendre le temps nécessaire, sans pression, sans hâte, pour réfléchir et exprimer son vécu. Ce climat est propice à un cheminement positif.

Il y a des moments où une véritable connexion s’établit avec le jeune. On sent que la rencontre aide à progresser.

Les jeunes ne sont pas toujours prêts pour la thérapie. Alors, on travaille avec les familles d’accueil lors d’ateliers en groupe. Ce sont elles qui parfois, vont apaiser la situation.